Ce lundi 24 avril, le Conseil communal a voté une motion pour demander l’amélioration de la desserte ferroviaire de notre ville. Notre groupe a évidemment soutenu cette motion. Nous avons toujours défendu les Mouscronnois et les Mouscronnoises qui prennent le train et nous continuerons à le faire. Il est cependant nécessaire de nous interroger par rapport à l’impact réel qu’ont ces motions. Le texte proposé ce lundi est identique à celui voté il y a un an. Ce qui veut dire que la situation n’a pas évolué. Voter une motion c’est bien, mais ensuite il faut la « faire vivre ».

En tant qu’écologistes nous avons porté ce débat au niveau du Conseil de développement de Wallonie picarde. Nous espérions que le collège communal CDH-MR allait tout mettre en œuvre pour faire entendre nos revendications aux ministres de la mobilité CDH à la région wallonne et MR au fédéral. Or, même s’il faut souligner la bonne volonté de l’échevine Marie-Hélène Vanelstraete, c’est un constat d’échec. Jamais nos revendications n’ont percolé au delà de notre commune et de la Wallonie picarde. Nous aurions, par exemple, aimé que le Bourgmestre joue un rôle actif pour défendre sa ville mais force est de constater qu’il est complètement transparent sur ce dossier depuis de trop nombreuses années.

Enfin, rappelons qu’Ecolo a sonné l’alarme dès 2013 (quand rien n’était encore décidé par la SNCB). À ce moment là, le Collège communal CDH-MR avait purement et simplement refusé d’aborder ce dossier en Conseil communal. Pourquoi ? Les raisons restent encore obscures. Nous remarquons simplement que le CDH s’est réveillé sur le dossier SNCB une fois qu’il est sorti du Gouvernement fédéral (qui a pourtant la tutelle sur la SNCB). Coïncidence ? Chacun jugera.

En conclusion, nous continuons le combat. Nous sommes satisfaits que le Conseil communal ait voté une motion à l’unanimité. Mais nous sommes convaincus que le Collège communal a loupé le train en 2013… Ce sont les navetteurs qui en paient les conséquences.

Share This