Le Conseil communal a prêté serment en décembre 2012 et il sera renouvelé en 2018. Nous sommes donc à la moitié de la législature. C’est l’occasion de faire le bilan de la majorité CDH-MR. Un bilan sous forme de TOPs et de FLOPs avec du positif et du négatif.

Les TOPs

Chloé Deltour, conseillère communale : “Grâce aux subsides de la Région wallone, la ville a fait de grands progrès en matière d’infrastructures cyclistes”.

Premièrement, nous trouvons que la Société de Logement de Mouscron qui s’occupe des logements sociaux est bien gérée. Nous félicitons d’ailleurs toutes les personnes actives dans cette institution. Nous saluons également le développement de l’infrastructure cycliste. Grâce aux subsides accordés par la Région wallonne, la ville a fait de grands progrès. Ensuite, nous souhaitons souligner l’amélioration notable de la gouvernance du CPAS et de la gestion des ressources humaines sous l’impulsion de la Direction Générale et en accord avec le nouveau Président. Enfin, nous sommes satisfait que la Ville de Mouscron se soit enfin engagée à devenir une ville « zéro-phyto » d’ici 2019, c’est-à-dire une ville qui n’emploiera plus de produits chimiques dangereux pour la santé pour l’entretien des espaces verts.

Les FLOPs

Simon Varrasse, conseiller communal : “La majorité CDH-MR n’a pas de vision à long terme en matière de dynamisation du commerce dans la ville”.

Pour ce qui concerne les FLOPs, nous devons malheureusement constater que la ville n’a aucune vision à long terme pour le développement du commerce dans la ville, que ça soit au centre-ville ou dans les autres quartiers commerçants. La ville a fait le choix de développer de grands espaces commerciaux à l’extérieur de la ville. Nous le regrettons amèrement. Nous regrettons également le fait que depuis de nombreux années, la ville soit devenue la victime consentante de la SNCB (suppressions de trains, ponctualité problématique, parking payant, etc.). Notre troisième flop concerne les logements communaux : si nous avons salué la gestion de la Société de Logement qui s’occupe des logements sociaux, nous regrettons par contre la façon dont les Échevins gèrent les logements qui appartiennent directement à la ville. Nous souhaitons qu’une procédure plus transparente soit mise en place pour que l’administration communale puisse faire son travail sans intervention du pouvoir politique. C’est une question de bonne gouvernance. Nous l’avons déjà répété à de nombreuses reprises, mais le centre administratif est également un flop. En période de crise, il faut bien choisir ses priorités. Enfin, nous constatons que la ville ne respecte pas ses engagements vis-à-vis du CPAS. En effet, la dotation communale au CPAS n’est pas versée dans l’année civile, alors que le budget le prévoit.

Des propositions alternatives ?

Luc Tiberghien, chef de groupe au Conseil communal : “Il devient urgent de pouvoir enfin disposer d’une maison médicale au sein d’un des quartiers moins favorisés de la ville”.

Nous partons du principe qu’un parti qui se trouve dans l’opposition a évidemment le droit de dire ce qu’il pense du travail fourni par la majorité. C’est le principe même de la démocratie. Par contre, pas question pour nous de critiquer pour le plaisir. Au contraire, nous souhaitons aussi faire des propositions constructives. Ce sont les projets que nous mettrions en œuvre si nous étions dans la majorité. Citons rapidement 3 projets sur lesquels nous reviendrons plus longuement dans les prochains mois : la création de cantines scolaires durables, l’introduction d’une prime à la première installation pour les petits commerçants et la mise en place d’une maison médicale.

Share This